UN INSTRUMENT QUI TRAVERSE LE TEMPS ET LES CREATEURS

Outil d’acier, ou en biseau à l’une de ses extrémités, il reste un outil qui sert à tailler des matières dures et parfois fine ou légère comme des tissus. En Afrique, du ciseaux d’or aux maîtres des ciseaux en action, le Ciseau a pris ses marques depuis les couturiers de fortune qui se déplaçaient de quartier en quartier. Aujourd’hui, le ciseau a traversé le temps des « Kpè kpè » pour s’attaquer aux stylistes et créateurs.

Par Didier N’DOLI

 

 

Selon la définition historique, ‘’Le terme ciseau désigne une famille d’outils servant à couper nettement divers matériaux ou à enlever de la matière. C’est un ferrement plat qui coupe ou tranche par un des bouts et qui sert à travailler le bois, le fer, la pierre, etc. De Pathéo, à Ciss st Moïse, en passant par Ibrahim Fernandez, à Lafalaise Dion, et Zak Koné, le ciseau à dominer chaque jour et chaque nuit pour la création de modèle. Des créations aux couleurs délicates et aux coupes raffinées par des mains expertes qui ont su à chaque bout, chaque mètre de tissu rendre le beau, le style nouveau chic ; ces mains expertes alignées au maniement des paires de ciseaux ont rendu classe, tendance et avant-gardiste, en fusionnant l’urbain et l’ethno pour refléter les couleurs de l’Afrique. Ces couleurs aujourd’hui sont portées haut par les stylistes africains mais surtout ivoiriens.

 Pathé ’O… un ciseau en or

Il a commencé à faire de la couture pour homme. 4 ans. Il s’est mis ensuite à la couture femme et après 9 ans en tout, est sorti de cette formation avec une expérience plutôt complète. Le bouche à oreille l’a conduit de boulot à boulot pendant 6 ans. Et c’est après ces 15 années qu’arriva l’évènement qui allait changer sa vie, et la mode africaine : le concours des Ciseaux d’Or, en 1987. Les thèmes étaient Élégance-Harmonie-Créativité. Il a été le premier lauréat. Et le prix était d’habiller Miss Côte d’Ivoire, qui en était aussi à sa première édition.

Ciss st Moïse… un choix pour la mode masculine

‘’Au départ ce n’était pas un choix’’ affirme-t-il. Il habillait presque tout le monde, les femmes comme les hommes. Cependant, dit-il ‘’j’ai été victime du temps’’. Un couturier qui avec les hommes avoue que ‘’c’était très carré’’. ‘’Les modèles étaient déjà définis donc on avançait très rapidement. Par contre avec les femmes, c’était souvent très long. Le modèle était choisi au bout de 2 à 3 heures de discussion’’, avoue-t-il.

 

Ibrahim Koné…vanter les couleurs de l’Afrique

Un styliste qui veut magnifier le corps de la femme africaine, à travers les matières utilisées.

 

Depuis l’accession aux indépendances, la mode en Côte d’Ivoire a évolué. Elle, de nos jours s’accorde à une vision, celle de ‘’Créer des silhouettes amples, des touches asymétriques et des accessoires traditionnels sur des peaux d’ébène afin d’exporter les vêtements originaux made in Africa…et le ciseau en est pour beaucoup.

 

 

Author

Didier N'Doli

Related Post

Leave a reply