TRESSES ET BIJOUX, 2 inventions africaines méconnues

LES TRESSES

Il existe des preuves incontestables attestant la façon de se coiffer des premières femmes homo sapiens. Les progrès de la génétique permettent de démontrer que les modifications génétiques qui génèrent les cheveux crépus, apportent une protection à l’homme et une plus grande rétention d’humidité dans les climats chauds. La découverte en Afrique des plus vieil être humain sur la terre que l’on a pu dater de 160 000 ans avant Jésus-Christ, apporterait donc la preuve que les premiers hommes avaient les cheveux crépus. C’est vraisemblablement pour faciliter les soins de leurs cheveux que les femmes africaines de la préhistoire ont eus recours à la méthode de tressage. De nombreuses statuettes de l’époque de la préhistoire en attestent.

La Vénus de Willendorf

La Vénus de Willendorf découverte en 1908 est, à ce jour, le vestige le plus ancien retrouvé en Europe, prouvant l’existence des tresses dans l’histoire de l’humanité, vers 33 000 ans avant JC.

 

LES BIJOUX

Vieux de 142.000 et 150.000 ans , les plus ancien bijoux du monde aurait été découvert dans une grotte marocaine, à proximité de la station balnéaire d’Essaouira. Les paléontologues ont dévoilé une trentaine de colliers et bracelets formés de petits coquillages percés et colorés. A ce jour ils constituent donc les plus vieux bijoux jamais découvert.

Copyright, Aricanews

VOIR LE REPORTAGE

Author

Modamoi

Related Post

Leave a reply